Actualités

UN RISQUE AUGMENTé D'OBéSITé CHEZ LES PETITS DORMEURS.

Passer moins de six heures par nuit dans les bras de Morphée augmente le risque d'obésité, de maladie cardiovasculaire et de diabète de type 2 de 34% chez les femmes et 50% chez les hommes. 


C'est ce que nous apprend l'enquête de l'institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) et de la MGEN réalisée à l'occasion de la XVème Journée du sommeil, le 27 mars dernier. Cette étude confirme donc le lien déjà connu entre le fait d'être un petit dormeur et d'avoir des kilos en trop. "La privation de sommeil perturbe le système hormonal et encourage des écarts alimentaires propices au grignotage, à la prise d'aliments sucrés, d'excitants". Explique l'INSV dans un communiqué. Un tiers de 50 000 personnes ayant répondu à l'enquête dorment moins de six heures, alors que la durée moyenne de sommeil en semaine atteint 6h48. Cette étude montre également que le risque d'hypersomnolence sévère est de 70% plus important chez les femmes obèses et deux fois plus élevé chez les hommes obèses que chez les personnes de poids normal. 






France Mutualité n° 551- avril 2015